Comprendre le risque suicidaire: modèle dynamique du suicide chez les personnes ayant une DI ou un TSA

Modèle dynamique du suicide - processus AUDIS

Le modèle dynamique du suicide décrit le développement du risque suicidaire chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre autistique (TSA). Il vise à soutenir les intervenants dans leur compréhension du risque suicidaire comme un processus dynamique, multifactoriel et évoluant dans le temps.

Il s’inscrit dans la famille des modèles diathèse-stress du suicide (pour plus de détails, consultez la page Modèle vulnérabilité-stress (diathèse-stress) sur le site Prévention du suicide: synthèses de connaissances du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie (CRISE)).

Risque suicidaire: résultat de multiples facteurs en interaction

Dans le modèle dynamique du Processus AUDIS, le risque suicidaire chez les personnes ayant une DI ou un TSA est le résultat de l’interaction entre:

  • des facteurs prédisposants dans le fonctionnement de base et les caractéristiques individuelles de la personne (ex.: rigidité cognitive, capacités de communication, statut socioéconomique, etc.) et des facteurs de risque (ex.: historique d’abus et de violence familiale, santé mentale, conflits répétés, etc.)
  • des moments critiques, des facteurs précipitants ponctuels (ex.: conflit, rupture) ou cumulatifs (ex.: multiples petites expériences de rejet).

Cette combinaison peut provoquer une rupture dans l’équilibre émotionnel et cognitif de la personne.

Lorsque l’option suicide est présente, il y a alors risque d’épisode suicidaire. Le modèle tient aussi compte de la présence de facteurs de protection, qui peuvent faire contrepoids pour réduire le risque d’épisode suicidaire à différents niveaux du processus suicidaire.

Chaque épisode suicidaire vécu renforce le risque suicidaire. En effet, avoir déjà fait un geste suicidaire est un facteur de risque important. Ainsi, chaque épisode suicidaire renforce l’option suicide.

Le Processus AUDIS ne remplace pas le jugement clinique, il le complète et le soutient. Il constitue un cadre pour identifier les informations pertinentes et orienter la décision clinique sur le niveau de danger, le type de risque et pour identifier les interventions nécessaires.

Développement de l’option suicide

L’option suicide, c’est le fait que le suicide devienne une possibilité ou une solution pour la personne. Elle peut se développer de différentes manières et comprend au moins un des éléments présentés dans le schéma.

La construction de l’option suicide chez la personne est au cœur du modèle dynamique du suicide du Processus AUDIS.

Pour plus de détails, consultez le document Fondements du Processus AUDIS.

option suicide schéma

Manifestations associées au suicide

Le terme Manifestations Associées Au Suicide (MAAS) désigne tous les comportements (verbaux, non verbaux, directs et indirects) pouvant exprimer la suicidalité des personnes ayant une DI ou un TSA.

Types de MAASQuelques exemples
Pensées (non observables ou non communiquées)Penser à sa propre mort lorsqu’on est triste
Penser à cacher un objet dangereux dans sa chambre
Avoir des flashs suicidaires ou se voir mort
Penser à la réaction des proches si on était mort ou disparu
Communications verbales directes“Je veux mourir” , “Je veux me suicider”, “J’ai des pensées noires”
Communications verbales indirectes« Je veux rejoindre ma grand-mère au cimetière »; « Je voudrais être mort »; « Vous seriez mieux sans moi »; « Je veux partir loin et ne pas revenir »; « Je veux faire comme … (la personne qui s’est suicidée) »
Communications verbales par texto ou médias sociauxSous forme de phrases (questions ou affirmations) ou de “J’aime” sur des images et publications parlant de mort ou du suicide.
Communications non verbalesDessins représentant un acte violent ou un geste suicidaire, des tombes, la souffrance, des objets pour se suicider
Mimes: s’étrangler, se couper
Comportements auto-agressifs sans blessureEssayer de s’enfoncer un objet non coupant, à travers la peau
Avaler des pilules ou des substances non toxiques (sans connaitre le niveau de danger)
Essayer de s’étrangler avec ses mains ou de retenir sa respiration
Comportements auto-agressifs avec blessure ou décèsToute action qui a pour objectif et pour résultat de se blesser, avec ou sans potentiel létal.
Indices associés aux MAAS
Ces indices peuvent aider à repérer une personne à risque qui n’exprime pas verbalement sa détresse et ses idées suicidaires
Cognitifs: confusion, difficultés de concentration, indécision
Émotionnels: humeur changeante, sautes d’humeur, manifestations de tristesse, de colère, d’irritabilité, inquiétude accrue face à des évènements à venir, anxiété, agressivité accrue, insatisfaction, déception, peurs ou insécurité face à une situation, sentiment d’incompétence
Psychiatriques: augmentation des symptômes
Pertes d’acquis et difficultés d’adaptation dans la situation actuelle
Comportementaux: changements de comportement (pire ou mieux), agitation ou prostration, amplification des comportements habituels, augmentation de la consommation de substances ou des comportements compulsifs, isolement, demande d’aide accrue, absentéisme
Somatiques: apparition ou aggravation de troubles physiques, digestifs, maux de dos, maux de tête, etc.
Neuro-végétatifs: dégradation du sommeil, de l’appétit, du niveau d’énergie
Signes de désespoir: discours négatif face à l’avenir, découragement, démission, dévalorisation de soi, arrêt de traitement, refus du suivi ou absences, refus de l’aide offerte
Types de manifestations associées au suicide observables chez les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre autistique

Pour en savoir plus, visionnez ce webinaire présenté le 9 avril 2021 par la chercheure Cécile Bardon, PhD, au Service québécois d’excellence en troubles graves du comportement (SQETGC).

Licence publique Creative Commons Attribution – Utilisation non commerciale – Partage dans les mêmes conditions 4.0 International